Pour ceux qui utilisent un système LINUX :


GHDL (http://ghdl.free.fr/) fournit un compilateur et un simulateur opensource. Le projet a été en sommeil pendant quelques années (2010 à 2012) ; il est manifestement reparti (2014) avec de nouveaux développeurs : http://sourceforge.net/p/ghdl-updates/wiki/Home/.

GTKWave (http://gtkwave.sourceforge.net/) permet un affichage graphique des traces.
La mise en oeuvre est simple et rapide, il faut simplement accepter de ne travailler qu'avec un testbench.

L'exemple qui suit reprend comme support le codeur AMI abordé dans l'un des exercices. Les commandes doivent être passées dans un terminal, tous les fichiers sources sont supposés exister dans un même répertoire.

Le module à tester est contenu décrit par le fichier source ami_codeur.vhd.
Les fichiers genhor.vhd  et genseq.vhd contiennent les un générateur d'horloge et une séquence de test.
Le fichier test_ami.vhd contient le banc de test proprement dit.

Ghdl permet de compiler les fichiers sources (*.vhd) pour en faire des fichiers binaires (*.o) :
    ghdl -a <fich_module>.vhd
Le banc de test permet de générer un programme exécutable qui appelle le simulateur :
    ghdl -e <fich_test>
Le simulateur peut alors être lancé :
    ghdl -r <fich_test>

Pour utiliser gtkwave il est possible de créer un fichier de traces :
    ghdl -r <fich_test> --vcd=<traces>.vcd

La visualisation des traces s'obtient avec gtkwave :
    gtkwave <traces>.vcd

Il est commode de rassembler toutes ces commandes dans un fichier make :
COMP=ghdl
FLAGS=-a
%.o: %.vhd
    $(COMP) $(FLAGS) $<
test_ami: genhor.o genseq.o ami_codeur.o test_ami.o
    $(COMP) -e test_ami
trace_ami: test_ami
    $(COMP) -r test_ami --vcd=test_ami.vcd
    gtkwave test_ami.vcd

L'ensemble de la compilation et du test sont alors lancés par la commande :
    make trace_ami

Qui donne accès à la fenêtre gtkwave (voir mode d'emploi de gtkwave pour la gestion de l'affichage) :



Voir également http://pgraycode.wordpress.com/2009/10/18/verilog-and-vhdl-on-linux-ubuntu/